SIERRA DE MALLORCA

Nous avons pris nos quartiers d'hiver à Port de Pollença, petite ville bien sympathique au Nord-est de Mallorca. Dans l'épisode précédent, nous vous avons parlé des nombreuses fêtes qui s'y sont déroulées au mois de janvier. Aujourd'hui, changement de décor, nous allons partir dans la Sierra.
Tout le long de la côte nord de l'île, la Sierra de Tramuntana forme une barrière de plus de 1000 m d'altitude (le sommet de Mallorca est à 1443 m) avec des à pics impressionnants sur la mer. Malgré le peu de précipitations, l'eau a creusé de profondes gorges pour parvenir à la côte. Certaines sont accessibles, tel le torrent del Pareis.

Le torrent (qui ne mérite ce nom qu'en cas d'orage) ne se jette pas à la mer, il s'y infiltre par une étroite faille à travers une dune de galets, résultat de sa lutte incessante contre la mer. Pour y accéder, il faut emprunter un tunnel qui débouche sur un grand cirque paisible. Le changement de décor est saisissant. Un petit ruisseau d'eau douce coule sur un lit de gravier. Quelques canards se prélassent sur une grève. Des bosquets d'arbustes parsèment ce vaste espace clos par des falaises abruptes. Un havre de paix au milieu d'une nature, certes grandiose, mais plutôt inhospitalière.

En remontant le ruisseau, nous nous faufilons entre des falaises étroites de plusieurs centaines de mètres de hauteur. Parfois nous marchons sur un lit de gravier à peu près plat, parfois il faut escalader des blocs tombés des falaises. Quelques passages sont plus délicats à aborder. Par temps de pluie, il ne vaut mieux pas s'y risquer. Tous les blocs sont arrondis par le patient travail de l'eau et dès qu'ils sont mouillés, ce sont de véritables savonnettes.
D'autres canyons, comme Es Rafal de Mortix ne sont vraiment accessibles qu'avec combi de plongée et équipement de canyoning. Mais c'est féerique, la couleur verte de l'eau avec le rose des rochers donne des perspectives d'une beauté fabuleuse. Seul regret, les failles sont souvent tellement étroites que le soleil n'y pénètre que rarement.
L'intérieur de la Sierra n'est pas en reste. L'érosion y a sculpté la roche avec des formes incroyables. Ces lames acérées sur lesquelles il ne ferait pas bon tomber sont très caractéristisques du paysage mallorquin.
Parfois, la nature se permet des fantaisies étonnantes tel cet éléphant plutôt incongru aux Baléares.
La progression dans ce paysage n'est pas toujours des plus aisées, mais la récompense est à ce prix.

Pollença le 18/2/01

Dominique